Cela ne doit rester qu’un jeu….

Peu importe l’enjeu. Tout sport est d’abord un jeu. Le foot par exemple, c’est un sport qui se joue à onze contre onze et ce sont les allemands qui gagnent tout le temps.

Ce soir, il y avait un affrontement entre l’Allemagne d’Angela contre nos pauvres amis grecs. Relégué au fond de la classe dans la zone Euro. Tout le monde devait être comme quoi, un peu supporter des bleus. On avait tous envie pour le peuple grec que leur équipe nationale lève la tête de toute une nation qui fût le berceau de notre civilisation. 

Les commentateurs rappelaient que les Monty Pythons avaient imaginé un match avec les fameux grecs contre les vilains teutons. Socrate marquant le goal victorieux de la tête.

J’ai zieuté d’un oeil ce match et voir Angela se secouer les chairs suite à un goal de ses concitoyens avait une forme d’indécence. Mais, je me suis dit dans ma petite tête. Ce n’est qu’un jeu. Ce n’est qu’un jeu.

La défaite dans un jeu est souvent révélatrice de l’état d’esprit et le caractère d’une personne, d’un groupe ou d’une population. Ecouter nos amis irlandais chanter après la lourde défaite fût un moment d’émotion partagée. La tristesse bien légitime des défaits est toujours difficile. Mais ce n’est qu’un jeu. Un stupide jeu. Le regard dans le vide des supporters grecs me faisait croire que le retour vers leur enfer ne sera pas comique. M’enfin les gars, ce n’est qu’un jeu.

Le monde économique, c’est souvent, hélas, pour une partie infime de la population. Un jeu de rôle. Un jeu drôle. Un jeu de drones. On regarde cela de haut. Et on s’esclaffe des chiffres. On se tape sur les cuisses de rire. Le pas encore ministre des finances grec est hospitalisé. On le serait à moins vu l’étendue de sa mission. Ce n’est plus un jeu. Ce n’est plus un jeu.

Demain, la Grèce va se réveiller avec un goût de trop peu dans le jeu. Un goût de manque dans l’autre jeu politique. Nous devons observer comment cette nation va gérer cette envie de lever la tête. De redresser son économie. Car la boîte de jeu politique en Belgique nous a déjà été livrée. Vu les éternels grèves, elle n’est pas encore arrivée à bon port mais notre premier « sinistre », le sémillant Elio va devoir l’ouvrir un jour.

On ne sera plus que des pions. On va devoir tomber sur des bombes. Courir dans la cuisine pour trouver le Colonel Moutarde. Acheter des hôtels rue Neuve. Planter des champs dans Agricola. Faire des grandes suites. S’allonger. Faire tapis. Rouge. Impair et manque. La roulette de nos vies est en route.

Finalement, j’ai fait le bon choix. J’ai toujours considéré la vie comme un jeu que j’essaie de prendre le moins possible au sérieux. Je me moque de moi avant de me moquer des autres. Les dés sont jetés. Ils virevoltent… J’attends. J’attends.

Mais ce n’est pas grave…. Quoi qu’il se passe !!!! Ce n’est qu’un jeu. Ce n’est qu’un jeu.

Publicités

Une Réponse to “Cela ne doit rester qu’un jeu….”

  1. Ce soir c’est la finale ! « Buzzblog Says:

    […] il intérepete le match entre l’Allemagne d’Angela contre nos pauvres amis grecs, intitulé : Cela ne doit rester qu’un jeu… « La défaite dans un jeu est souvent révélatrice de l’état d’esprit et le […]

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s


%d blogueurs aiment cette page :