Rapporte ! Rapporte ! Allez ! Va chercher !

Un diimanche plus vieux comme pluvieux, la pluie battante frappant à la fenêtre de mes désillusions, je prends mon clavier après deux mois d’interruptions à la demande d’un sacré petit bout de femme partie manger des fruits frais au Nicaragua plutôt que de sucer des surgelés en Europe.

Diantre !!! Que ce monde est bizarre. Il faut être hachement costaud pour survivre dans cette nouvelle jungle créée par l’homo erectus. Franchement si quelqu’un a le numéro de Dieu, je lui filerai bien un coup de tube pour avoir une conversation avec notre « génie…teur ».

L’autre soir, j’ai été voir « De rouille et d’os » de Jacques Audiard. Dans ce film, il y a un condensé de tout et de rien. Le plein de violence et de tendresse. De bad boy, de bad girl et de sweety boy et de sweety girl. Marion à bord de son Cotillard est à la fois géniale et « surénervante ». Elle donne l’impression de se complaire dans le malheur, dans la souffrance, dans le déchirement, …. Je ne l’ai jamais vue dans une comédie. Ce film nous transmet plein de messages voire trop comme quoi trop d’infos tue l’info. Je suis sorti de cette salle un peu dubitatif. Le seule chose dont je suis certain, c’est que le chef op » est dément. L’image est d’une qualité exceptionnelle. Si en passant, quelqu’un a le numéro de Marion, je prends aussi…. Juste pour une conversation. Vraiment. Le plus si affinités, c’est du « touche pas à cela p’tit con ».

Pour l’instant, je passe ma vie à transmettre ce que je découvre en donnant cours d’expression verbale et de créativité dans des écoles supérieures qui ont la particularité d’être privées. L’intérêt dans ce type d’académie, c’est que les nominations ne font pas le jeu d’un clivage politique idiot. C’est extrêmement ressourçant, enrichissant et difficile. Mais j’adore… Je redonne des cours d’impro. En ce moment, je coache une équipe qui m’éclate. Les Dauphins Génial. Une bande de plus très jeunes à l’esprit jeune. C’est sur »motivant » de jouer avec une télécommande d’êtres humains à qui je demande…. Plus. Plus. Plus. Plus. Plus. J’ai fait partie des premiers jouteurs de la FBIA dans le courant de la fin des années 80. Il est paradoxal de noter que je suis devenu un étranger dans une structure où j’ai dû tout faire. Mon fils a commencé l’impro chez les Ados sans que je n’intervienne en rien dans son choix. Le fruit ne tombe jamais loin de l’arbre.

L’été commence bientôt. On ne peut absolument pas être sans avoir été.

 

Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s


%d blogueurs aiment cette page :