C’était comment avant….

L’évolution de la technologie des dernières dizaines d’année a été fulgurant. Sans vouloir jouer au vieux combattant casse-bonbons, dans mon premier boulot, on utilisait encore le telex. On tapait le texte sur une bande perforée qui passait dans une machine et hop, cela partait au bout du monde.

Le fax a déjà révolutionné toute la bureautique. Quelle aventure cette vie de secrétaire finalement. J’ai eu l’énorme chance d’être dans les premiers à utiliser un gsm. Une brique. Je l’ai jeté il n’y a pas très longtemps et on a dû le porter à deux.

Entretemps, le sémaphone empoisonnait notre existence. Depuis, nous sommes hyperconnecté. On est tous geek de quelque chose. Il existe même un syndrome qui donne l’illusion physique d’avoir quelque chose qui vibre artificiellement sur toi. On est foutu les mecs.

Imaginons un instant que tout s’arrête. Plus de connections internet, plus de téléphonie. Facebook implose par une surcharge de fréquentations. Broum. Plus rien. Tout est fichu. Kapoet. Cassé. Plus rien.

Franchement, le temps sans tous ces engins que l’on adore détester semble loin. On doit se fixer comme objectif d’être connectable physiquement à la nature, aux autres morts ou vivants. Je ne deviens pas dingue. Je crois dans ce genre de connexions sensorielles.

Cherche d’abord à te connecter avec toi même. On est souvent sur une ligne fritée de notre propre existence. En recherche permanente sans pour autant avoir toutes ses briquettes. La couverture de notre propre liaison n’est pas toujours optimale.

Il est illusoire de vouloir se relier aux autres si on est déjà pas relier à sa base. Si on ne s’accord pas suffisamment de crédit pour communiquer.

Franchement, projette-toi et réfléchis. Serais-tu le même si Facebook, Twitter, Plaxo, Linkedin, Netlog, ….. buggent définitivement. Changerais-tu de vie ? Serait-elle anéantie ? Aurais-tu les mêmes amis ?

Je revendique un jour de jeûne informatique par semaine. Hors du temps. On coupe tout pour se recharger.

J’ai besoin de me connecter avec mon moi-même. De parler à ceux qui ne sont plus là. S’ils répondent, je devrai dire « Allo de là ! »

Publicités

Une Réponse to “C’était comment avant….”

  1. Catherine Gyselinx Says:

    Même en parlant avec toi-même, tu parles avec ceux d’en haut; en nous partageant ton article tu restes en lien. Le truc, c’est de ne pas parler, ni a soi, ni aux autres pour avoir accès à la source. Cela peut s’appeler l’éveil ou tout simplement la méditation. Tu ne parles plus, tu accueilles.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s


%d blogueurs aiment cette page :