Quel bande de salopards….

On vient de nous jeter en pleine tronche que l’inceste est un phénomène quasi normal. « L’inceste, ce n’est pas grave car cela reste en famille ». Je ne retrouve plus l’intitulé exact mais c’est Coluche qui avait dit cela. Et entre l’inceste et la pédophilie, il n’y a guère de différence tant parfois l’éducation avait plus lieu dans les internats que dans les familles.

J’ai la gerbe de penser que des gens qui sont représentés l’intégrité, l’autorité et la juste parole atteignent la dignité d’enfant sans défense. Défoncer le cul d’êtres humains condamnés au silence. C’est monstrueux. J’avoue que je suis animé par une colère davantage décuplée par cette omerta qui a caché cette évidence. On nous cite un chiffre de 13 suicides engendrés par ces actes barbares. Mais des milliers d’enfants au travers les âges ont subi les sévices de ces gros porcs.

Ma tête est habitée par une envie d’aller pulvériser les couilles de cet évêque gentiment réfugié dans un monastère. C’est répugnant de faire. De ne rien dire c’est pire. Je rends hommage à toutes ces victimes qui ont parlé et j’encourage les autres à s’exprimer. Je n’arrive pas à ressentir ce qu’ont vécu ces victimes. Ces survivants comme les a appelé le professeur Adriaenssens. J’ai trouvé ce mec extrêmement touchant et touché par ce qu’il avait découvert.

Je hais ces bondieuseries dans lesquelles on nous a éduqué. Sans généraliser, le phénomène s’est avéré dans le monde. L’Eglise entière est éclaboussée. Comment est-ce possible de rester sans réaction dans une église déjà larguée et loin des préoccupations des gens ? Allez Gilbert. Le père Gilbert. J’ai envie que tu t’exprimes. Que tu gueules. Que tu gerbes sur cette croix que tu défends par des actes et non des paroles.

J’ai honte pour cette religion. J’ai honte pour notre monde. Je repense à ces après-midi passés dans les chambres des jésuites du Collège St François-Xavier à Verviers. Je revois le visage lubrique du père Ernotte qui ne m’a jamais touché mais il avait une emprise sur moi qui me pousse à croire qu’il l’aurait fait à la moindre opportunité.

Je ne sais comment faire pour aider ces victimes d’inceste. Parlez. Témoignez. Accusez. Dénoncez. Tu es autant coupable en qualité de témoin que d’acteur. Que cela soit des représentants de commerce de la grande église ou pire encore de membres de leurs familles. Comment peut-on vivre en toute impunité en sachant que l’on fout une vie en l’air pour une pulsion humaine ?

Mon ventre est rempli de colère. Tout va sortir. Tout doit sortir. Envie d’hurler et de casser du curé. Tous ces curetons sont pour rappel des fonctionnaires de l’état.

Publicités

4 Réponses to “Quel bande de salopards….”

  1. Flo Schockaert Says:

    Merci pour ces paroles…

  2. Pierre Jortay Says:

    J’ai quelques années de Jésuitisme additionnée de 2 années d’internat chez des curés…c’était terrible…

  3. Sophie Rion Says:

    13 suicides purs et durs… Mais combien de morts à petit feu ; alcoolisme,dépression,toxicomanie,anorexie,incapacité à fonder un couple ou mener une vie active… De ceux là, on n’en parle même pas…

    Je travaille depuis plus de 10 ans, de nuit, dans un service de psychiatrie lourde. Tous les jours je suis confrontée aux séquelles destructrices de tels comportements sur des enfants ou jeunes gens devenus adultes…

  4. Catherine Gyselinx Says:

    On commence à lever le voile(!) sur les affaires de pédophilie dans l’église, dans l’enseignement; mais l’omerta étouffe encore nombre d’incestes. il y a l’acte incestueux en lui-même, qui est condamné officiellement, mais on ne parle jamais de relations ‘incestuelles’. Pourtant, je suis persuadée que c’est souvent pire pour l’équilibre psychique des enfants qui le vivent. Les divorces et leurs cohortes de manques affectifs engendrent bon nombre de comportement de ce type. La mère qui dort avec son fils, le laissant prendre la place du père et à l’inverse, ces hommes qui se promènent main dans la main avec leur fille adolescente, les gâtant comme on gâterait sa femme, les complimentant sur leur beauté en prenant leur main au restaurant, sont les prémisses de relations déplacées en terme de respect des rôles. Dès lors, ces enfants étant ‘en couple’ avec le parent ont d’énormes difficultés à former eux-même un couple, parce qu’ils rentrent dans des loyautés familiales ingérables;
    c’est une source de souffrance d’autant plus destructrice qu’elle n’est pas condamnable en terme de loi.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s


%d blogueurs aiment cette page :